« Je t’aime moi non plus »
Quand le recrutement est avant tout une histoire d’Amour (2/3)

Publié le Publié dans Conseils et Coaching

Dans le premier article de cette série, nous avons fait connaissance avec notre candidate. Elle était tranquillement bercée par son quotidien avec E.A. (Entreprise actuelle) quand une rencontre avec F.E. (Future entreprise) est venue bouleverser ses croyances et remettre en question son futur professionnel. Elle vient d’avoir son premier entretien et est en attente d’une réponse.

 

DEUXIEME PARTIE : UNE HYPOTHESE QUI SE CONCRETISE

Le deuxième “date”,

Vingt jours se sont écoulés depuis le premier date et j’ai eu le temps d’y penser beaucoup, beaucoup trop peut-être. C’est incroyable comment plus je progressais dans la procédure de recrutement, et plus je m’éloignais de E.A. C’était comme si nous ne pouvions pas être à fond sur tout ce que nous entreprenions. E.A ne se doutait pour l’instant de rien mais je sentais qu’en moi déjà un changement s’opérait, même si mes collègues eux, ne le virent pas. Le téléphone sonna cet après-midi-là et en voyant le nom de F.E apparaître c’est comme si j’avais eu un sursaut. Je m’isolai rapidement entre les dossiers comptables 2015 et 2016, et essayai de contenir l’agitation qu’il y avait en moi.

“Bonjour, je suis l’assistant de la directrice, suite à votre entretien positif avec la RH, nous souhaiterions vous convenir à un deuxième entretien – quelles seraient vos disponibilités?”.

Il y a eu quelques instants de silence, puis de nouveau cette voix si posée qui contrastait en tout point avec mon état actuel:

“Allô ?”

Je fus tellement troublée que j’en avais oublié de répondre.

“Oui eh bien… cette semaine je ne peux pas mercredi et jeudi car j’ai formation mais vendredi cela me semble possible et la semaine prochaine tous les jours sauf le mardi (je n’allais pas manquer mon cours de Swedish Fit quand même).”

“Parfait pour Lundi prochain 19 heures, je vous envoie un mail de confirmation”

“Très bien, merci”.

Encore un week-end allait se passer avec ce nouveau rituel d’aller regarder la page LinkedIn de la Directrice, de me renseigner encore plus sur la société, ses dernières actualités (sait-on jamais), de peaufiner mon discours, etc.

Le lundi soir arriva, mon état de stress s’était quelque peu stabilisé par rapport au premier rendez-vous mais il ne fallait pas relâcher la pression. Les choses avaient peut-être changé du côté de F.E, peut-être qu’ils avaient réfléchi et attendaient plus (par rapport à quoi je ne sais pas cependant). Peut-être qu’ils avaient rencontré d’autres personnes, voire que je n’étais pas la bonne personne ? Et si tout ceci n’était au final qu’une illusion ? Devrais-je recommencer tout cela de nouveau ? Est-ce que j’en aurais l’envie ? Est-ce que j’en aurais la motivation ? Est-ce que je serais autant emballée ? Est-ce que…

“Bonsoir”, F.E était là, et d’un coup, me tira de mon tourbillon de pensées.
Je suivis donc la Directrice et l’entretien se déroula de la même façon que le premier avec beaucoup plus de questions techniques, sur ma manière de travailler, de résoudre les conflits en cas de crise, etc. Puis la deuxième partie de l’entretien était tournée autour d’une hypothétique future intégration. On échangea sur les équipes, le fonctionnement interne… Je sentais que F.E souhaitait se projeter avec moi et j’en fus agréablement surprise. Ils avaient, eux aussi, besoin de moi. La plupart du temps on pense qu’en tant que candidat nous sommes en position de faiblesse mais ce n’est pas le cas. Si j’étais là aujourd’hui c’est qu’ils avaient besoin de moi et cela, il ne faut pas l’oublier.

Le rendez-vous dura à peu près une heure et demi et on m’annonça à la fin de celui-ci que j’allais être contactée pour le dernier et ultime entretien.

J’en sortis l’esprit léger et en rentrant chez moi, je commençai déjà à me projeter – comment se passe une journée, quelles seraient mes perspectives d’évolution, comment le management est-il fait, est-il collaboratif ou plus directif ? Je m’endormis en pensant à quoi ressemblerait ma journée de demain avec E.A…

 

Le dernier entretien,

Je viens de raccrocher avec F.E. Le retour ne se fut pas attendre, à peine 24 heures après notre second rendez-vous ! Il me recontactait pour ce dernier entretien qui fut programmé au lendemain. E.A commençait à se poser des questions en me voyant partir beaucoup plus tôt que prévu et m’isoler pour répondre. Il me convoquait dans l’après-midi même.

Mon point avec mon Manager fut assez éprouvant, j’en sortis perplexe. Il me demanda ce qu’il se passait pour moi, si je n’étais pas heureuse, si je passais des entretiens ailleurs (il m’avait vue partir plus tôt et m’isoler pour téléphoner). C’est fou mais lorsqu’il me posa cette dernière question, j’aperçus une profonde inquiétude dans son regard et éprouvai à ce moment-là une légère mélancolie. 3 ans qu’on se connaissait … Je fus quelque peu perturbée par ce point mais répondis par la négative : non, je ne regardai pas ailleurs. À mon sens, il ne vit  pas mon mensonge ou alors il cacha très bien lui aussi ses émotions.

[JOUR-J]

Pour mon dernier entretien je fus moins stressée que d’habitude, j’éprouvai une certaine appréhension mais j’étais clairement plus confiante que pour les deux premiers, à la fin on y prend goût je crois !

Je rencontrai enfin mon potentiel futur Manager, quel tourbillon d’émotions ! La discussion tourna essentiellement sur des éléments factuels : mes prétentions salariales, la négociation (idéale) de mon préavis, le process d’intégration… Waouh ! J’en sortis avec le sourire oubliant – presque – E.A. D’après mon ressenti, cela m’avait plutôt l’air bien parti, j’étais en shortlistée avec une autre personne apparemment et nos compétences étaient assez similaires. Décidément ce monde est cruel et très concurrentiel !

 

Va-t-elle réussir à décrocher une offre? Saura-t-elle prendre une décision ? Comment va réagir E.A ? Toutes ces informations au prochain et dernier article de notre série !

 

– Entr’elles London –

Une réflexion au sujet de « « Je t’aime moi non plus »
Quand le recrutement est avant tout une histoire d’Amour (2/3)
 »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *